Climat : 60 millions d’emplois potentiels d’ici 2030

0
348

L’économie verte est source de création d’emplois selon l’Organisation internationale du travail. En effet, l’OIT estime entre 15 à 60 millions le nombre de postes potentiels d’ici 2030 dans ce domaine. Cette organisation a sorti ces chiffres après la COP21.

Les problèmes climatiques sources d’emploi

Il y a apparemment du bon dans les problèmes environnementaux si on se réfère à l’analyse de l’Organisation internationale du travail. Elle estime la création d’emploi en relation avec l’économie verte jusqu’à 60 millions d’ici 2030, ou du moins jusqu’à 15 millions à travers le monde. Le directeur du bureau de l’OIT de Paris, Cyril Cosme déclare même que cette économie environnementale sera un moyen de lutter contre la pauvreté et les inégalités sociales. Ce rapport de l’OIT incite les pays à sortir du modèle de développement peu soucieux de l’environnement actuel afin de favoriser cette création d’emplois. En effet, la surexploitation des fonds marins, la déforestation ainsi que l’érosion font augmenter le prix des matières premières et engendrent plus de dégâts sur le plan économique et social.

Des millions d’emplois créés avec les énergies renouvelables

Actuellement, les énergies renouvelables ont permis de créer plus de 5 millions de travail dans les 4 coins du globe. On note une progression significative dans ce domaine, 21 % par an. Mis à part ce domaine spécifique, des dizaines de millions d’emplois dits « verts » ont vu le jour jusqu’à présent et ce chiffre ne cesse de croître. Toujours lié à l’environnement, le continent européen enregistre actuellement quelque 14,6 millions d’employés travaillant pour réhabiliter les forêts et autres ressources naturelles. Les pays en développement présentent le plus gros potentiel en matière de création d’emplois écolo grâce à la collaboration des États avec l’Organisation des Nations Unies, les entreprises privées et les bailleurs de fonds.

Un développement assuré uniquement par la participation de tous les acteurs socio-économiques

Il est essentiel pour l’avenir de l’humanité tout entière d’assurer cette transition de la dépendance dans les énergies fossiles vers les énergies renouvelables. Cela demande la participation de tous les acteurs sociaux et économiques possibles, toujours selon ce rapport de l’OIT. Plusieurs pays comme la Namibie, le Ghana et le Maroc mettent déjà en place des politiques spéciales en faveur de la dynamique verte. Exemple concret, en Zambie, 4000 nouveaux emplois ont pu être créés suite à la coopération du gouvernement avec une société privée pour des constructions écologiques.

AUCUN COMMENTAIRE