OnduleurL’onduleur solaire est la pièce centrale entre les deux sources d’énergie  auxquelles votre installation photovoltaïque est reliée : vos panneaux solaires qui produisent un courant continu et le réseau en courant alternatif. Le choix d’un onduleur est donc une étape importante : il va dépendre de l’utilisation que vous ferez de votre installation. Afin que vous optimisiez le rendement électrique de vos panneaux solaires, voici ce qu’il faut prendre en compte avant de faire votre choix. 

Choix de la puissance

Sur les fiches techniques des onduleurs, vous trouverez (au minimum) deux types de puissance indiqués : la puissance nominale et la puissance de crête. La valeur nominale correspond à puissance maximale que l’onduleur peut délivrer en continu sur la longue durée. Afin de calculer la puissance nominale dont vous aurez besoin, faîtes l’addition de la puissance nominale de vos appareils électriques susceptibles de fonctionner en même temps. Le total ne doit pas dépasser la puissance nominale de l’onduleur.

Pour ce qui est de la puissance de crête, il s’agit de la puissance maximale que peut délivrer un onduleur pendant quelques secondes (5 en principe). C’est en quelque sorte sa capacité de réponse aux courants de démarrage élevés de certains appareils comme les réfrigérateurs, les congélateurs…Selon la même logique que précédemment, la puissance de crête de l’onduleur doit être supérieure à la somme des puissances de démarrage des appareils susceptibles de démarrer en même temps ET la puissance nominale  des appareils fonctionnant en continu.

Une fois ces calculs effectués, il faut encore prévoir une marge de 20%. Certains vous conseilleront de sur-dimensionner votre onduleur, au cas où vous auriez par la suite à y relier d’autres consommateurs. Attention ce pendant à ne pas exagérer afin d’optimiser votre rendement.

Choix des tensions

La tension d’entrée en courant continu doit être supérieure à celle du générateur (panneaux solaires) et de la batterie. La tension de sortie  doit correspondre à celle des appareils utilisés, soit en principe du 220/230V.

Rendement 

Le rendement d’un onduleur est le rapport entre la puissance utile et la puissance absorbée du convertisseur, soit la puissance qu’il consomme pour son propre fonctionnement. Ce rendement varie en principe entre 95 et 98%.

Forme du signal et type d’onduleurs

Onde-sinus-pseudo-sinusIl existe des onduleurs « Pur Sinus » qui produisent un signal sinusoïdal conforme à celui du réseau électrique, et des onduleurs « Pseudo Sinus ». Un troisième type d’onduleur, à onde carrée se trouve également sur le marché mais offre un signal de faible qualité et ne peut être utilisé que pour les petites charges.

C’est notamment dans ce choix du type d’onduleur qu’entre en compte l’utilisation que vous ferez de votre installation. Idéalement, ce sont les onduleurs délivrant une onde sinusoïdale pure qui offrent un fonctionnement optimal. Mais pour certains appareils, une onde pseudo sinusoïdale peut suffire comme pour les ampoules, les ordinateurs ou encore la Télé. Autre critère à prendre en compte : le prix , les onduleurs « Pseudo Sinus » étant en principe moins chers.  Enfin, si vous avez fait le choix de revendre votre électricité au gestionnaire de réseau, préférez un onduleur spécifique pour couplage réseau.

Transformateur ou non?

Le dernier choix à faire sera celui de prendre un onduleur avec ou sans transformateur. A ce propos les avis divergent. Le transformateur isole le réseau et le champ photovoltaïque. C’est donc une sécurité supplémentaire, qui rend le système moins exposé aux surtensions, qu’elles viennent du réseau ou des panneaux solaires. Ils sont recommandés pour les capteurs à couche mince et les systèmes de faible puissance.

Cependant, le transformateur induit une diminution du rendement. Certains préfèrent donc les onduleurs sans transformateurs qui utilisent d’autres techniques de compensation des courants de fuites, vers la terre notamment.

AUCUN COMMENTAIRE