Du 07 au 18 Novembre à Marrakech, la COP22 continue la lutte contre le dérèglement climatique. La COP22, un évènement des plus important avec près de 25.000 participants du monde entier. Cette alliance défend des initiatives pionnières et solutions innovantes comme l’énergie renouvelable. Elle fut présidé par la responsable Climat de l’ONU, Patricia Espinosa, et le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar.

« Light Us », lumière aux panneaux solaires pour la COP22

L’Institut » MIPAI » (The Moroccan Intelligence and Public Affairs Institute) illumine la COP22 d’une torche photovoltaïque pensée pour aider les populations à atteindre les Objectifs du développement durable (ODD). Symbole de l’importance du photovoltaïque dans l’avenir de l’environnement climatique de notre planète.

Maîtres mots de cette COP22 : Encouragement et persévérance

Parmi les projets importants, l’initiative “Adaptation de l’agriculture africaine” (ou Triple A). Elle regroupe 27 pays et vise à aider les agriculteurs africains à faire face aux aléas climatiques à travers une meilleure gestion des sols, de l’eau et des risques.

L’autoconsommation photovoltaïque est un espoir climatique. En effet les panneaux solaires créent de l’électricité grâce au soleil. Pour perdurer, des onduleurs solaires permettent l’adaptation de cette énergie renouvelée. Il suffit alors d’y ajouter des batteries solaires pour stocker et permettre une longévité de consommation.

Le photovoltaïque représente une technologie d’énergie renouvelable qui pourrait intéresser un grand nombre de pays africains riches en soleil. Grâce au photovoltaïque, ils pourraient générer de l’électricité renouvelable évitant l’émission d’un million de tonnes de CO2 par an.

Né de la COP22, le Partenariat de Marrakech a pour vocation l’action mondiale en faveur du climat. Il représente la feuille de route 2017-2020 de l’action climatique pour les acteurs étatiques et non étatiques.

Autre point important: le respect de l’engagement des pays riches de mobiliser 100 milliards de dollars d’ici 2020. Pour soutenir les projets d’atténuation et d’adaptation aux effets du changement climatique et persévérer.

A noter également que des dizaines d’initiatives et de nouveaux outils d’évaluation sur l’énergie, les villes, les forêts, l’eau, les transports, les entreprises, les océans ou encore l’agriculture ont été lancés pendant la COP22.

Concrétisation de l’Accord de Paris

L’Accord adopté le 12 décembre 2015 à Paris est entré en vigueur ce vendredi 4 novembre, soit moins d’un an après son adoption en décembre 2015 lors de la COP21. Parmi les 196 délégations à avoir signé l’Accord de Paris, la barre symbolique de 111 l’a ratifié aujourd’hui. Les autres sont attendus d’ici fin d’année suite à l’appel de Ségolène Royal, Ministre française de l’Environnement et de l’Énergie et Présidente de la COP21.

L’objectif des chefs d’Etats pour cette COP22 est donc de déterminer les actions pour respecter les objectifs de températures fixés lors de la COP21, c’est-à-dire contenir la hausse du réchauffement climatique en dessous de 2°C. Un des premiers résultats notables de cette COP22 est l’avancée de deux ans du manuel d’opération dont la date d’achèvement a été fixée à 2018 au lieu de 2020 par les pays signataires.

L’ombre portée du milliardaire climatosceptique, Donald Trump, qui avait menacé «de l’annuler» n’a laissé personne indifférent. « Nous souhaitons un engagement politique maximal pour lutter contre le changement climatique. L’Accord de Paris est irréversible.»

Bilan dirigé vers l’avenir

La COP22 s’est achevé. Les initiatives lancées à l’échelle du continent africain ont été mise en avant. Le photovoltaïque a un place privilégié dans l’avenir de l’énergie renouvelable.

2017, l’année des grands projets. En effet, pour concrétiser les décisions prises, le président de la COP22, Salaheddine Mezouarpour dispose d’un an. Date du prochain sommet de la COP23. Celui- ci sera organisé à Bonn en Allemagne et présidé par les îles Fidji. Dès à présent, une partie de cette COP23 permettra de mettre le curseur sur les conséquences du réchauffement climatique sur les petits Etats insulaires. Pour 2018, la COP24 serait accueilli par la Pologne.

Dans l’espoir d’un avenir renouvelable, la COP s’engage dans les alternatives pour la planète. Le photovoltaïque, les énergies, l’investissement de ces pays, un ensemble vers un même but : sauver notre planète du dérèglement climatique dangereux.

AUCUN COMMENTAIRE