Energie solaire et risques pour le réseau : info ou intox?

risque pour le réseauCela fait bientôt trois ans que la polémique a été lancée lors d’une déclaration de ErDF à l’AFP dans laquelle il était question de risques de surtensions voire de blackout du réseau liés à la multiplication des installations photovoltaïques chez les particuliers. Une information qui depuis a été de nombreuses fois démentie, mais qui n’a pas manqué de laisser s’enraciner certains préjugés sur cette énergie renouvelable. Retour sur les tenants et les aboutissants du débat pour y voir plus clair.

Aucun risque dans l’immédiat

Il apparaît que les inquiétudes d’EDF sur les potentielles surtensions dues à la production d’électricité solaire sont aujourd’hui infondées. En effet, une étude européenne menée au début de l’engouement que les particuliers ont montré pour les systèmes photovoltaïques et intitulée « Intégrations de sources d’énergies décentralisées dans le système électrique d’aujourd’hui » a démontré que l’état de développement actuel du photovoltaïque ne présentait aucun risque pour le réseau. Une étude que l’on peut juger crédible, étant donné qu’elle a intégré dans sa réalisation tous les acteurs du secteur : distributeurs, fournisseurs, producteurs, fabricants, agences nationales de l’énergie et laboratoires de recherche.

Selon ses conclusions, le parc électrique français pourrait accueillir jusqu’à 10% d’électricité produite de façon décentralisée sans risque. Or nous sommes aujourd’hui encore en dessous des 1%, seuil qui – rappelons-le au passage – correspond au but annuel à atteindre, fixé lors du Grenelle de l’Environnement.

Il semble même que pour l’instant l’impact des installations photovoltaïques sur le réseau soit plutôt bénéfique ; des petites installations décentralisées limiteraient les surtensions (eh oui, c’est tout le contraire) ainsi que les pertes liées au transport. Et ce constat reste vrai tant que la France n’aura pas atteint les fameux 10%.

Un argument de plus pour vous convaincre (si toutefois il en fallait) nous est fourni par l’Allemagne. Le pays dont le parc solaire est actuellement bien plus développé que le nôtre a dépassé le taux des 2% de particuliers équipés de panneaux solaires, sans que des problèmes majeurs en termes de gestion du réseau n’aient été signalés.

Une modernisation des réseaux à prévoir sur le moyen terme

Lorsque le seuil des 10% sera atteint, une modernisation du système de gestion du réseau sera effectivement à prévoir, car alors -et seulement alors- des problèmes de surtension pourraient apparaître. Mais une fois encore, le Grenelle de l’environnement n’ambitionne d’atteindre ce niveau d’équipement que pour 2020. Les transformations nécessaires devraient être pensées dans le cadre des futurs Schémas Régionaux, qui étudieront les boucles locales ( à savoir le rapport entre l’électricité produite dans une région et sa demande) une par une. Les régions prioritaires (celles des Landes par exemple qui avaient été de nombreuses fois citée dans le débat) pourront être définies et des mesures prises.