2016 a été une année riche en innovation dans le secteur du photovoltaïque et plus largement dans les énergies renouvelables. Voici ce qu’il fallait retenir en évènements marquants, insolites et innovants. 

Mise en circulation de la 1ère route solaire au monde

CocOricO, le jeudi 22 décembre 2016, Ségolène Royal ministre de l’environnement a inauguré la 1ère route solaire au monde qui se situe dans L’Orne (61). Il s’agit pour le moment d’ un km mais  c’est néanmoins une avancée considérable vers la transition énergétique. La ville de Tourouvre-au-Perche (61) accueille désormais cette inédite route solaire, les automobilistes empruntant la D5 rouleront sur 2 800 panneaux photovoltaïques. Ces panneaux solaires ont été conçus pour supporter le poids des 2 000 automobilistes empruntant cette route quotidiennement. L’électricité fournie par ces panneaux solaires fournira non seulement l’électricité publique d’une ville de 5 000 habitants, mais aussi un abribus solaire, ainsi qu’une borne de recharge pour les voitures électriques.
L’aboutissement de ce projet est un message fort pour ceux qui doutent dans la capacité à innover de notre pays. Exemple en terme d’innovation, des pays comme la Chine ou le Maroc passent commandes afin de mettre en place leurs propres routes solaires.

Solar impulse : le tour du monde avec le soleil pour seul carburant

Les débuts de l’aventure s’inscrivent dans la plus pure tradition des grands explorateurs. C’est en 2003 que Bertrand Piccard, psychiatre et aérostier Suisse imagine la conception du premier avion solaire. Le 26 juillet 2016, l’avion Solar Impulse 2 a bouclé à Abu Dhabi son tour du monde par étapes. Au total un tour du monde en 15 mois  42 000 kilomètres parcourus.

avion

Tesla et Solarcity ne font désormais plus qu’un

Pour 2,6 milliards de dollars, Tesla guidé par son emblématique Patron Elon Musk a racheter SolarCity société spécialisée dans le domaine des panneaux solaires photovoltaïques. Le premier produit de cette fusion sera le Solar Roof. Il s’agit de toits solaires s’intégrant au mieux aux maisons classiques, visant à rendre autonomes en énergie les habitations équipées. Un avenir qui promet de belles perspectives.

La fleur solaire sera intelligente et futuriste

Développée par EDF ENR, la Smartflower est un générateur solaire en forme de tournesol. Elle condense 18 m² de surface photovoltaïque. Comme la plante, ses 12 pétales se déploient et suivent le soleil tout au long de la journée pour capter le maximum de rayons. Il suffit de la poser à même le sol et la brancher au système électrique de la maison. Imaginée comme une solution design et pratique à l’autoconsommation des ménages, la Smartflower produit 40% d’énergie de plus qu’un système sur toiture. Un bijou d’innovation qui n’est malheureusement pas à la portée de toutes les bourses avec son prix, d’environ 20 000 €.

Et en 2017 ? Quelles sont les bonnes résolutions

Google et Ikea les géants se mettent au vert

Les deux géants souhaitent « accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone ».
En effet, GOOGLE prévoit l’alimentation de la totalité de ses bureaux et data centers dans le monde par des énergies renouvelables. La multinationale californienne a investi plus d’1 milliard de $ dans des projets d’énergie renouvelable de grande envergure, tels que des parcs éoliens et des installations photovoltaïques en toiture.
Pour IKEA, leurs 43 éoliennes dans l’Hexagone produisent déjà 185 gigawat/heures par an. Cette production permet à Ikea France d’être auto-suffisant. Elle couvre 143% de ses besoins énergétiques en termes de chauffage et électricité !

Autoconsommation : le compteur LINKY dans vos foyers

L’objectif de ces nouveaux appareils « intelligents » est l’automatisation des relevés de consommation. Obtenir sa consommation en temps réel va permettre de mieux la maîtriser pour faire des économies. Afin de faciliter le déploiement d’installations photovoltaïques en autoconsommation, ERDF s’est engagé, à compter du 1er janvier 2017, d’anticiper le déploiement du compteur communicant Linky. Cela permettra d’éviter les surcoûts liés à l’installation d’un deuxième compteur pour l’injection dans le réseau. Seuls les auto-producteurs dotés d’une installation de moins de 36 kVA seront concernés.

AUCUN COMMENTAIRE