Photovoltaic panel covered patio.

 

Face à la concurrence chinoise qui ne cesse décidément de faire débat, l’Europe peut tabler sur l’innovation. Certains projets qui pourraient rendre le secteur photovoltaïque extrêmement compétitif dans les années à venir font d’ailleurs la une des revues et sites spécialisés depuis quelques mois. Voici ceux que nous avons retenus.

Les projets d’étude

  • Les travaux de l’INES 

L’Institut National de l’Energie Solaire a évidemment de nombreux projets en cours qui visent notamment à diminuer les coûts de production des cellules solaires et des modules et à en améliorer les performances. L’INES travaille notamment sur les processus de purification et de cristallisation du Silicium polycristallin.

Les Plateformes Restore, dont l’une se situe en Allemagne, se penchent actuellement sur trois axes possibles de développement : les cellules en Silicium métallique, les procédés de jonction à partir de cellules amorphes sur des structures de Silicium plaquette, et le silicium nanostructuré.

En outre d’autres projets sont en cours sur une innovation qui fait beaucoup parler d’elle : le solaire organique. Il s’agit de cellules photovoltaïques organiques dérivées du carbone et imprimées sur des supports plastiques. Elles permettent d’abaisser les coûts de productions, et de fabriquer des installations sur mesure qui peuvent potentiellement ouvrir de nouveaux marchés au secteur. D’où l’engouement qu’elles suscitent.

  • Le graphène et la molybdénite 

Une récente publication du MIT a permis d’entrevoir de nouvelles perspectives pour l’énergie solaire. Selon les chercheurs à l’origine de l’étude, il sera envisageable (même si le projet n’est pour l’instant que théorique) de produire des cellules en graphène et molybdénite, extrêmement fines et qui, à poids égal, auraient un rendement de conversion qui dépasserait largement toutes les technologies présentement connues. Cependant, la réalisation concrète de l’étude n’est pas pour toute suite ; on ne sait en effet pas encore exfolier la molybdénite de façon industrielle. Pour en savoir plus sur ce projet, vous pouvez lire l’article de notre revue de presse à ce sujet.

Les « prototypes »

  • Les panneaux solaires en spray 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAA partir des études sur le solaire organique, menées on l’a vu par l’INES mais aussi par plusieurs autres centres de recherche dont le CNRS, certaines mises en application ont été imaginées. C’est le cas des panneaux solaires en spray. A partir de cellules organiques, des chercheurs de l’université de Sheffield ont développé des cellules qui peuvent ainsi être déposées sur tout type de surface. Bien que n’étant encore qu’à l’état de test, cette technologie pourrait permettre de capter l’énergie solaire sur n’importe quel support, y compris mobile comme des voitures.

  • Les panneaux solaires imprimables 

Cette technologie n’est pas nouvelle en soi, mais des chercheurs australiens du Viscosc (Vitorian Organic  Solar Celle Consortium) ont mis au point en mai dernier une machine capable d’imprimer 10 mètres de cellules en une minutes, flexibles et adaptables. Une technologie dont les effets se ressentiront notamment sur les coûts de fabrication.

  • Les cellules Grätzel 

Les cellules à pigments photosensibles, dites Grätzel du nom de leur inventeur, sont apparues en 1991. Leur principe de fonctionnement, inspiré du mécanisme de la photosynthèse, est basé sur la sensibilité des pigments qu’elles contiennent à la lumière solaire, qui permet une libération d’électrons. Cette technologie, particulièrement performante en rayonnement diffus (au coucher et au lever du soleil par exemple), a connu dernièrement certaines avancées. En effet, leur rendement de conversion des photons  solaires a atteint 15% en laboratoire, ce qui les rapproche du rendement des cellules commercialisées. Aussi une commercialisation est prévue à court-moyen terme.

Les nouveaux produits

  • Les panneaux Glasswing 

Il s’agit de panneaux brevetés par la société française SNA Solar qui génèrent de la lumière grâce à l’intégration de LED. Permettant un contrôle de l’apport solaire, ils font aussi office de brise soleil et de source d’éclairage. Des panneaux multifonction dont les LED sont personnalisables pour s’adapter au décor.

  • Les panneaux caméléon 

Nous vous en avions déjà parlé dans notre revue de presse, les panneaux caméléon mis en place par Issol peuvent revêtir l’aspect de vos tuiles ou de votre façade. Plus qu’une révolution technique, ces panneaux permettent une intégration plus esthétique (ce qui n’est pas rien) à votre maison ou à votre bâtiment. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Tous droits d’auteur réservés 

AUCUN COMMENTAIRE