Conférence environnementaleLa premier ministre a clôturé la Conférence Environnementale et avec elle le débat sur la place des énergies renouvelable en renvoyant le sujet à la loi de transition énergétique qui ne devraient pas être votée avant fin 2014. De quoi décevoir les professionnels qui réclamaient des mesures d’urgence.

Le Premier ministre a conclu la conférence environnementale qui s’est déroulé à Paris les 20 et 21 septembre. La question de la place et des moyens de promotion des énergies renouvelables est renvoyée à la loi de transition énergétique qui ne devrait pas être votée avant la fin 2014. Autant dire que les professionnels qui réclamaient des mesures d’urgence n’ont pas été entendus.

Nous reproduisons ci-dessous les extraits de l’intervention de Jean-Marc Ayrault

« La qualité de ce travail collectif nous permet aujourd’hui de faire évoluer notre politique énergétique dans deux directions :

  1. Mieux consommer pour moins consommer
  2. Rééquilibrer progressivement notre mix énergétique au profit des énergies renouvelables les plus matures.

Ce texte sera présenté au printemps, discuté à l’été et voté avant la fin de l’année 2014. […] Par ailleurs, j’ai décidé que les nouveaux contrats de plan Etat/régions, en cours de négociation, comporteront un volet « transition énergétique et écologique ».[…] Le Président de la République a […] fixé le cap de 50% de part du nucléaire à l’horizon 2025. Cela suppose de développer fortement nos énergies renouvelables. Elles n’ont cependant pas toutes la même maturité. Nous orienterons donc notre action en fonction du potentiel de chaque type d’énergie, de chaque territoire et de nos capacités de financement. Mais toutes ces énergies ont leur place dans le mix électrique.

Ce travail se fera en concertation avec les filières. C’est un devoir de visibilité auprès des industriels. C’est aussi une condition pour garantir l’efficacité économique et environnementale de ces politiques publiques. »

Source: tecsol.blogs.com

AUCUN COMMENTAIRE